Acueil
Menu
· Annonces legales
· Articles
· Dictionnaire
· Evenements
· Experts comptables
· Infos pratiques
· Lettre d'actualités
· Liens Web
· Livres
· Proposition d'article
· Recommandez-Nous
· Téléchargements
· Top 10
· Vos codes NAF
· Vos questions
· Votre Compte

Login
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Mot de passe perdu: ici

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer en cliquant ici

Soutiens
  • Communiquez avec Kompass
  • Ils nous aident
  • Partenaires
  • La presse en parle

  • ACTU ECO & CREATION d'ENTREPRISES Prix nobel de la paix, bravo à l’entrepreneur
    Transmis par fra le 25 juin 2018
    Contribution de fra

    Le Bengladais Muhammad Yunus, le créateur de micro-crédit ou encore « le Banquier des pauvres » a reçu le prix Nobel de la paix. Dans son pays comme en France on prête seulement aux riches donc il a décidé de prêter aux pauvres. L’humanité a reconnu son mérite et depuis le vendredi 13 octobre 2006, le Bengladais, Muhammad Yunus a reçu le Prix Nobel de la paix.

    Cet homme né en 1940 à Chittagong, la seconde ville du Bangladesh a abandonné en 1965 l’usine qu’il avait créée pour préparer une thèse d’économie aux USA où il a ensuite enseigné à l’Université du Colorado.A la suite de l’indépendance de son pays, le Bangladesh en 1971, M. Yunus retourne au bercail. Cinq ans plus tard, une famine gagne le pays et les pauvres souffrent des affres de la faim. Alors M. Yunus mesure le décalage entre les théories économiques qu’il enseigne et la réalité. Ainsi, il décide de créer le micro-crédit. Sa cible ? Les exclus du système bancaire traditionnel. Pour cause, les pauvres sont marginalisés dans le secteur. M. Yunus, à la suite d’une enquête, remarque que des paysans de son village avaient besoin chacun de 27 dollars pour acheter du bambou et fabriquer des tabourets afin d’assurer les pitances quotidiennes mais aucune banque n’était prête à les financer. Les banquiers renvoyaient chez les usuriers qui refusaient. Yunus l’a fait. Les 40 paysans créanciers ont produit, récolté des bénéfices et remboursé leur « sauveur » à 100%. Convaincu, Yunus se met à négocier des prêts garantis par lui auprès d’une banque locale et obtiendra de l’argent de la Banque centrale qu’il emprunte aux pauvres. Les emprunteurs montent des petits commerces et remboursent par la suite leurs dettes. De fil en aiguille, Yunus crée sa propre banque, la Grameen Bank. Aujourd’hui, la banque compte six millions de clients, affiche 5,72 milliards de dollars de prêts distribués depuis sa création à plus de 6,6 millions de personnes et des taux de remboursement à faire pâlir d’envie les banques traditionnelles. Plus de 98% des prêts sont en effet honorés. La Grameen Bank a aussi créé des emplois. 18 000 personnes travaillent dans les 2 200 agences de l’institution. Fort de cette expérience, des pays ont emboîté le pas à M. Yunus. Le concept de micro-crédit s’est ainsi largement répandu dans les pays en développement. Il commence aussi à être appliqué dans des pays développés. En France par exemple dans les quartiers difficiles où les banques commerciales classiques hésitent à prêter aux plus pauvres. Le lien entre la micro-finance et la paix Y-a-t-il un lien entre les activités de Yunus et la paix ? Bien sûr. La paix ne se limite pas à l’absence de guerre et l’attribution de ce prix démontre clairement que ces jurés ont une clairvoyance et une bonne maîtrise de la notion de paix. Car aujourd’hui, le premier combat des milliards de personnes est la lutte contre la misère. Pour cause, 9 millions de personnes meurent de faim chaque année et 900 millions sont mal nutries. Des chiffres alarmants dont les êtres n’ont pas forcément le remède et le constat est amer. La faim tue plus que le Sida, la malaria et la tuberculose réunis. C’est donc l’équivalent d’un tsunami toutes les semaines en terme de pertes de vies humaines. C’est pourquoi, il y a lieu de saluer le micro-crédit. C’est un moyen simple et efficace de rendre aux pauvres leur dignité, de les motiver et les aider à prendre en main leur propre destinée et éviter l’assistanat de l’aide au développement. Aussi, n’oublions pas que la misère est à la base de mille et une révolutions au sein des nations. L’exemple de Yunus, « le Banquier des pauvres » est une leçon pour l’humanité. En guise de reconnaissance, le Prix Nobel de la paix recevra une médaille d’or et un chèque de 10 millions de couronnes suédoises (environ 1,1 million d’euros) le 10 décembre 2006 à Oslo. M. Yunus a déclaré réserver l’argent de cette distinction à de bonnes causes.


     
    Liens connexes
    · Plus à propos de ACTU ECO & CREATION d'ENTREPRISES
    · Nouvelles transmises par fra


    L'article le plus lu à propos de ACTU ECO & CREATION d'ENTREPRISES:
    Le code naf ne suffit pas pour déterminer sa convention collective


    Noter cet Article
    Score Moyen: 4,62
    Votes: 8


    Merci de prendre quelques secondes pour voter cet article:

    Mauvais
    Passable
    Bien
    Très Bien
    Excellent



    Options
    Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)



    Nos articles en flux RSS en cliquant ici
       
    copyright - réalisation

    Partenaires :

    Centre d'affaires Montpellier | Objet publicitaire | Creation d'entreprises Montpellier | Immobilier d'entreprise Montpellier | Calendrier 2016 | Calendrier scolaire 2016 | Annuaire professionnel | Salle reunion Montpellier | Salle formation Montpellier | Domiciliation Montpellier | Bureau Montpellier | salle montpellier